Poèmes

Merlin

Merlin

Je suis inscrit dans l'ambre telle une araignée d'or
J'attends le cou de hache qui me mettra dehors
Je suis l'Hermite fou qui a subi un sort
Je rêve les yeux ouverts et jamais je ne dors

J'aime l'agate folle roulant sous les récrés
La perle transparente qu'une Parque a cousue
Sur la paroi blessée de mon coeur d'écolier
Champion de l'impossible à qui nul n'est tenu

Pâle comme l'opale, grave comme le vin
Obsidienne obsédée, enivrée d'améthyste
Je cherche du bout des cils la déesse aux blancs seins
Mon désir est figé et sa danse si triste

Ô mon Jaspe écarlate, laisse-moi contempler
Ta peau de léopard, électrique et marine
Intouchable aux barreaux de ma geôle glacée
Vitreuse trahison des roches assassines

Georges Colleuil

Voir toutes les autres créations sur ce thème Retour

A voir également

Retrouvailles

Dans la bibliothèque de la vieille ByzanceTemple de la mémoire,
Palais de connaissanceJ’ai retrouvé la trace dévorée par l’Histoire
D’un parchemin d’alliance qu’un rayon m’a fait voir
Ton nom était gravé d’une encre fatiguée
A côté de mon nom de trois points confirmés
Le récit de l’errance courait sur le papier
D’un passé interdit aux âmes réconciliées
C’est en sortant la plume de sa captivité
Que j’ai changé en encre le sang des exilés

Lire la suite

Famille! je vous ai...

Famille! Je vous ai...

Respire...
L'arbre a pleuré sous son écorce
Les branches ne donnent plus la vie
Les racines ont perdu leur force
La cime plonge dans la nuit

Lire la suite